Les contrôles miniers

La RDC rassure sur les contrôles miniers La République Démocratique du Congo (RDC) a rassuré les investisseurs internationaux sur sa capacité à réguler son industrie minière et a mis en exergue les opportunités de développer ses réserves de nickel et de chrome.

La révision par le gouvernement du code minier du pays progresse, de nouveaux systèmes de traçabilité et de surveillance devant entrer en service en mars 2018, Alexis Mikandji Penge, directeur général du centre d’expertise, d’évaluation et de certification des minéraux précieux et semi-précieux du ministère de mines, a déclaré à la conférence Argus Metals Week 2018 à Londres. “Cela s’applique à l’exploitation minière à petite échelle et à tous ceux qui achètent dans ces mines, et à toute combinaison de petites exploitations minières et industrielles”, a-t-il dit. Les systèmes fiscaux et les redevances minières changeront dans le cadre de l’examen. Mais la révision “ne perturbera pas le secteur minier”, at-il ajouté.

Mikandji Penge a réagi aux récents reportages des médias sur le travail des enfants dans le secteur minier du cobalt. “J’ai vu des rapports sur le travail des enfants et la pratique incontrôlée”, a-t-il dit. “Depuis l’année dernière, il n’y a plus de travail des enfants.” Il a souligné l’engagement de la RDC à surveiller l’exploitation minière à petite échelle. “L’exploitation minière à petite échelle n’est pas idéale en raison de son impact sur les réserves, elle mène à la pauvreté et ne tient pas compte des normes environnementales.” La révision du code minier n’a pas été motivée par les récentes critiques du secteur du cobalt.

Nous avons examiné une révision de notre code minier. “Les investisseurs potentiels qui demandent des permis pour constituer des réserves seront traités selon le principe du premier arrivé, premier servi en vertu du nouveau code minier. Mikandji Penge a également déclaré que son département a été chargé de discuter du développement potentiel du traitement en aval pour ajouter de la valeur au-delà de l’exportation de concentrés. Le traitement a été entravé dans le passé par des problèmes d’approvisionnement en électricité, a-t-il déclaré. “Laissez-moi vous inviter à venir investir en RDC”, a déclaré Mikandji Penge à la conférence.

Argus Media group ­ www.argusmedia.com

ceec

About ceec