actualite

L’initiative de traçabilité de l’or d’exploitation artisanale

ceec

Pour lutter contre la sortie frauduleuse de l’or issue l’exploitation artisanal, le Gouvernement de la république Démocratique du Congo à travers le Centre d’Evaluation, d’Expertise et de Certification des Substances Minérales Précieuses et Semi-précieuses, le CEES lance l’initiative de transabilité de l’or  d’exploitation artisanal (ITOA)

Pour contrôler toute cette masse d’or qui sortaient par les voies frauduleuses.

Plusieurs tonnes d’or sortent du pays de façons illicites et par des voies frauduleuses comme dénonce aussi l’association d’exploitants de l’or et l’ONG SANW qui parle des plus de 30 tonnes d’or chaque année. A ce jour  Il y a plusieurs questions qui sont soulevées  entre autre, Est-ce que Le Gouvernement Congolais est conscient de cette perte en Or et quelles sont les dispositions prises pour que les Minerais qui sortent par des voies illicites ou en fraude soit recadrés.

Il y a eu en RDC le lancement de la Commission de lutte contre la Fraude Minière et Maintenant il y a une initiative très importante que le Gouvernement Congolais vient de lancer à travers le CEEC c’est l’ITOA, l’initiative de traçabilité de l’or d’exploitation artisanale qui vient pour contrôler toutes les masses d’or qui sortaient par les voies frauduleuses.

Est-ce c’est le temps de parler  que la RDC va se retrouver et récupérer tout ce qui peut sortir par les voies frauduleuses et quelles sont les dispositions pratiques que l’ITOA apporte et comment faire pour que cet initiative aie de l’emprise au-delàs de nos frontières à l’instar du Processus de Kimberley.

Devant la Télévision Nationale Congolaise, Monsieur Alexis MIKANDJI, le directeur-Général du CEEC a expliqué aux journalistes experts du secteur minier et à l’ensemble de la population Congolaise et Internationale que sur l’instruction du Gouvernement le CEEC à conçu cet initiative depuis 2013 et en 2015 le Ministre des Mines a pris un arrêté qui met en œuvre cet initiative.

Bien qu’il soit d’origine Congolaise, l’ITOA est pris en charge par l’OCDE et le CIRGL qui l’on agrée.

Pour Monsieur Alexis MIKANDJI, cet initiative qui démarre en RDC va s’étendre aussi dans le pays voisins dont ceux de CIRGL et jusqu’à en Amérique Latine et que l’ITOA dont le mécanisme prend model sur d’autres mécanisme de traçabilité dont la Certification de 3T qui part d’abord par la validation de sites extraction miniers pour que l’or soit validé…

Le Président de la République encourage SICOMINES et KCC à accroître la production

ceec

Le Président de la République, Joseph Kabila a encouragé la SICOMINES, une firme minière sino-congolaise et Kamoto Copper Company (KCC) du groupe Glencor implantée à Kolwezi à accroitre leurs productions respectives de cuivre et à la participation active dans la création de l’emploi. C’était à l’issue de la visite qu’il a effectuée mardi dans les installations de ces deux entreprises minières où il a palpé du doigt les réalités d’exploitation des minerais.

A cette occasion, note l’Agence Congolaise de Presse (ACP), le Directeur Général de la SICOMINES, M. Zhoo, a annoncé au Chef de l’Etat que son entreprise qui vient de terminer la phase de construction lancera sa première production de cuivre en octobre prochain. Pour sa part, le responsable de la KCC, M. Dan Getler de KCC a informé également le Chef de l’Etat que son entreprise produit 450 tonnes de cuivres par jour.

Dans cette visite, le Chef de l’Etat était accompagné du Premier ministre Matata Ponyo, de quatre ministres et du gouverneur du Katanga Moïse Katumbi.

Le Président Kabila qui a passé la nuit à Kolwezi, après l’inauguration du pont Lualaba, a visité mercredi les entreprises minières Mutanda Mining et Tenke Fungurume Mining installées dans la nouvelle province du Lualaba. Aussitôt après, il a regagné Lubumbashi.

Le déficit d’énergie électrique dans les mines du Katanga : Matata Ponyo tient à résoudre le dilemne

ceec

Kinshasa, le 27 septembre 2013 – Présidée par le Chef du Gouvernement, la séance de travail à laquelle ont pris part le Ministre des Mines, celui des Ressources Hydrauliques et un responsable de TFM, s’est focalisée sur la problématique du déficit en électricité. « Le cas de Tenke Fungurume Mining, TFM, l’une de grandes entreprises minières du Katanga, préoccupe au plus haut point le Premier Ministre Matata Ponyo Mapon. Le Chef du gouvernement reste très attentif aux pertes qu’enregistre cette société en ressources financières, par manque d’énergie électrique. Ces pertes ont des répercussions sur les recettes de l’Etat », a déclaré Bruno Kapanji Kalala, Ministre des Ressources Hydrauliques et Electricité.

Tenke Fungurume Mining, une grande entreprise minière basée dans la province du Katanga connait des difficultés de production, suite à une carence en énergie électrique, situation qui constitue un manque à gagner à la fois pour l’entreprise et le Gouvernement.

Face à ce défi, le Premier Ministre a convoqué une réunion spéciale avec les Ministre des Mines et son collègue des Ressources Hydrauliques. Objectif : identifier des solutions idoines le plus rapidement possible afin de débloquer l’impasse.

En effet, il a été relevé que TFM ne reçoit pas l’énergie dont elle a besoin pour sa politique de production, tel que prévu et consigné dans le contrat qu’elle a signé avec la SNEL. Ce problème de productivité provoque ainsi des pertes énormes pour les deux parties. Après l’entretien avec le Premier Ministre, les deux ministres se sont engagés à trouver rapidement des solutions qui consistent tout d’abord au respect du contrat qui lie la SNEL à TFM, et ensuite à mettre en œuvre des mécanismes pour que TFM de son côté, paye l’électricité qu’elle importe de la Zambie via la SNEL. Pour le Ministre Bruno Kapanji, les solutions recherchées ne sont pas singulières à TFM, c’est pour l’ensemble des entreprises minières du Katanga et en faveur des populations également.

Au Katanga, a poursuivi Bruno Kapanji, le déficit est de 332 mégawatts (MW). Les 300 mégawatts concernent le secteur minier et les 32 autres, concernent la population. A en croire le Ministre, la priorité sera accordée à la population pour que le déficit de 32 MW soit éliminé.

Dans un autre chapitre, le Ministre Martin Kabwelulu des Mines a restitué ce qu’a été son déplacement en Province Orientale à Doko, où Kibali Gold Mining a produit son premier lingot d’Or. Il a parlé de l’impact que cette production aura au plan socioéconomique, ainsi que sur les populations qui ont été délocalisées, en vue de laisser de l’espace pour Kibali Gold Mining. Avec la construction des maisons pour les populations délocalisées, cette société est chahutée par la population qui la surnomme « La nouvelle GECAMINES ».

Le ministre des Mines a laissé entendre que les retombées sont très positives. L’exploitation de l’or qui viendra de cette production sera à la hauteur de 18 tonnes par an.