Le Gouvernement a ramené le prix d’un sac de farine de maïs de 25 kg à 15.000 Francs congolais au lieu de 35.000 Fc, après l’application des mesures d’encadrement économique prises mardi dernier à Lubumbashi.C’était au cours d’une réunion tripartite, Gouvernement central, Gouvernement provincial et Fédération des entreprises du Congo (FEC).

En effet, arrivée lundi dernier à Lubumbashi dans la province du Haut- Katanga, une délégation gouvernementale forte de quatre ministres  dépêchés par le chef de l’Etat Joseph Kabila, a arrêté quelques pistes de solution contre les causes à la base de la hausse spéculative de prix dans la ville de Lubumbashi.

Une  tripartite qui s’est réunie mardi dernier avait décidé, l’envoi d’une commission en Zambie pour négocier avec les autorités de ce pays pour la levée de la mesure d’interdiction d’exportation de la farine des maïs vers la RDC.

Le ministre de la Santé publique, Félix Kabange Numbi, a indiqué « la situation est redevenue normale grâce à l’apport des opérateurs économiques qui ont mis sur le marché une quantité importante de cette denrée. La crise de ce produit sur le marché », a souligné le ministre de la Santé publique, « était une spéculation consécutive à la décision des autorités zambiennes interdisant l’exportation de la farine de maïs vers la RDC ».

La Banque Centrale du Congo s’était résolue d’apporter une caution souveraine pour couvrir les banques commerciales qui vont pleinement financer les opérateurs économiques pour l’achat d’une bonne quantité des maïs auprès des fournisseurs disponibles.

Pour sa part, le gouverneur de la province du Haut Katanga avait proposé d’ouvrir les routes de desserte agricole pour faciliter l’évacuation des produits agricoles des centres de production vers les centres de consommation.

Il s’agit notamment ceux de Kabalo, de Nyunzu et de Kabongo et la reprise du trafic par la société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC).

 

Conduite par le ministre de l’Economie nationale Modeste Bahati Lukwebo, la délégation comprenait les ministres de la Santé, Félix Kabange Numbi, de l’Agriculture Pêche et Elevage, Emile Mota et des Mines, Martin Kabwelulu, rapporte-t-on.